LE CALENDRIER ARABE Bibliographies Index Chaldeens


.

Des Arabes nous vient le mot almanach. Ce sont eux aussi qui nous ont donné plus tard les chiffres dits, a cause de leur origine, chiffres arabes, et qui ont été si utiles pour remplacer les chiffres romains.
Mais la valeur de leurs chiffres ne remédie pas à l'absurdité de leur calendrier.
Avant l'islamisme, les habitants de l'Arabie se servaient d'une année de 12 mois, les noms actuels furent donnés sous le règne de Kelâb, trisaieul de Mahomet, en l'an 412 de notre ère.
Voici ces noms :

Ancien Nom Nouveau Nom
1 Mutamer Muharrem
2 Nadjir Sefer
3 Jawan Rebi
4 Sawan Rebi II
5 Hinum Djoumada I
6 Ronna Djoumada II
7 Asam Redjeb
8 Adel Schaaban
9 Natik Ramadan
10 Waghel Schoual
11 Hewah Dzou'l-cadeh
12 Barak Zilhigge

Peu après, sur la remarque que le pèlerinage de La Mecque, qui se pratiquait déjà et qui devait s'accomplir en automne, avait du retard, on ajouta un treizième mois.
Un ministre fut établi dont la fonction spéciale était de régler cette intercalation et de le faire savoir au peuple.

L'intercalation était empruntée aux Juifs de Médine. Elle ne remédia pas parfaitement à l'erreur signalée, car, de 412 à 632, c'est-à-dire en l'espace de 220 ans, la date du pèlerinage de La Mecque avait passé de l'automne au printemps.
Mahomet, qui fit au mois d'avril son pèlerinage, trois mois avant sa mort, interdit l'intercalation du 13e mois.
Les musulmans revinrent ainsi à l'année lunaire pure et simple.

Douze lunaisons ayant une durée de 354 jours 8 heures 48 minutes, et les douze mois lunaires civils comptant 354 jours pleins, pour maintenir les mois d'accord avec les nouvelles lunes, on ajouta 11 jours au cours d'une période de 30 ans, qui forme le cycle lunaire des musulmans. Cette période comprend 19 années de 354 jours et 11 années de 355, les 2e, 5e, 7e, 10e, 13e, 16e, 18e, 21e, 24e, 26e et 29e.
Mais ce calendrier lunaire est en perpétuel désaccord avec l'année solaire et avec notre calendrier grégorien.
Peu à peu le début de l'année passe par chacune des saisons, et après environ 32 ans d'un pareil désordre, recommence avec la même date ou à peu près.

Les musulmans font commencer chaque mois, non pas au moment même où la lune se trouve en conjonction avec le soleil, c'est-à-dire en ligne droite avec le soleil et la terre et entre eux deux, ce qui est l'instant précis de la nouvelle lune, mais lorsqu'ils aperçoivent le soir, à son lever, réapparaître son croissant.
Pour cette raison, ils font commencer leurs jours et leurs fêtes le soir, comme faisaient les Hébreux et les Grecs.
Les Arabes se servent de la semaine, comme nous.
Voici les dénominations de leurs jours :

Nom Arabe Nom Français
Youm el Ahad Dimanche
Youm el Thani Lundi
Youm el Thaleth Mardi
Youm el Arbaa Mercredi
Youm el Thamis Jeudi
Youm el D jouma Vendredi
Youm el Effabt Samedi

Le jour d'assemblée, youm el djouma, est le vendredi, en souvenir de l'hégire ou fuite de Mahomet de La Mecque à Médine, arrivée le vendredi 16 juillet 622 de notre ère.
Cette date marque le début de l'ère musulmane ou ère de l'hégire.

Les Turcs, empêtrés dans ce calendrier continuellement mobile, se servent d'un autre calendrier, dit officiel, dans lequel l'année commence au mois de mars, de sorte qu'ils ont deux calendriers : le mahométan et l'officiel. Il serait désirable qu'un troisième vienne remplacer l'un et l'autre.

.


Extrait de "la Question du Calendrier" par Chauve Bertrand, édit. la renaissance du livre, 1920.

Bibliographies Index Chaldeens